En cette fête de la Sainte Famille, rendons grâce à Dieu pour l’amour vécu dans nos familles et ce fabuleux terreau qu’elles constituent pour la diversité des vocations dans notre Eglise…

Bravo et merci aux grands-parents qui s’intéressent à ce que vivent aujourd’hui les jeunes. Merci à ces grands-parents qui les aident à reconnaître dans leur histoire les traces d’un Dieu qui les accompagne et les appelle à faire de leur vie quelque-chose de grand !

Bravo et merci aux frères et sœurs qui s’encouragent mutuellement dans les domaines où ils excellent et dans les choix de vie susceptibles de les rendre heureux !

Bravo et merci aux parents qui favorisent la participation de leurs jeunes aux grands rassemblements comme le FRAT, les JMJ, Taizé, le pèlerinage à Chartres, leur permettant ainsi de vivre une belle et forte expérience ecclésiale et spirituelle ! Bravo et merci également à ceux qui encouragent, dans la durée, la participation de leur enfant à un mouvement d’Eglise qui les aidera à faire de leur foi autre chose qu’un simple feu de paille !

Bravo et merci aux grands-parents qui osent proposer comme modèles à leurs enfants et petits-enfants des hommes et femmes dont la vie illustre la parole de Jésus : « il y a plus de joie à donner qu’à recevoir » ! Cela aidera probablement les plus jeunes à critiquer ce cliché qui voudrait que le « must » de la réussite soit le fait de gagner beaucoup d’argent et de passer à la télévision !

Bravo et merci aux frères et sœurs qui, au lieu de colporter des images toutes faites sur « les-pauvres-prêtres-qui-sont-débordés-et-condamnés-à-la-solitude », suggèrent aux parents d’inviter à la table familiale tel ou tel prêtre de leur paroisse ou secteur pour faire davantage connaissance et mieux connaître sa vie !

Bravo et merci aux parents qui, plutôt que de sourire d’un projet de vocation à demi-avoué et jugé par eux encore peu sérieux, font confiance à leur fils et cherchent à le responsabiliser dans les petites décisions quotidiennes pour lui permettre d’en prendre un jour de plus importantes ! S’il est trop jeune peut-être pour décider, il ne l’est pas nécessairement pour y penser !

Bravo et merci aux grands-parents qui, au lieu de reprocher à leur petite-fille et à son copain de « vivre dans le péché » et de les presser à se marier, guettent silencieusement le moment où le jeune couple parlera lui-même de mariage pour l’en féliciter ! Et si, grâce à eux, le jeune couple entrevoyait que le mariage pouvait être, bien mieux qu’une simple régularisation de situation, une exaltante et sacrée vocation ?

Bravo et merci aux frères et sœurs qui peuvent témoigner que la prière les aide eux-mêmes à donner du sens à leur vie, et qui s’encouragent à prendre les moyens (retraite ou récollection, expérience d’une prière accompagnée, direction spirituelle, etc) pour pouvoir dire comme Samuel : « Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ! » (1 Sm 3) !

Bravo et merci aux parents qui, au lieu de répéter machinalement dans leurs prières « Mon Dieu, donnez-nous des saints prêtres ! », acceptent sereinement l’éventualité que Dieu puisse répondre à leur prière en les prenant au mot et en suscitant une vocation de prêtre parmi leurs propres enfants !

Bravo et merci à tous ceux qui, au lieu de rester prisonniers d’une image enfantine et quelque peu naïve de la vocation et dattendre que Dieu veuille bien leur chuchoter dans le creux de l’oreille, réalisent que Dieu peut aussi les appeler, eux ou un de leurs proches, par les cris du monde et les appels de l’Eglise ! Bravo et merci à tous ceux qui, en famille, prennent l’habitude de relire leurs journées dans cette perspective et se portent mutuellement dans la prière !

Philippe LOUVEAU